19 janvier 2009

Julien a refermé lentement et sans bruit la porte de sa chambre. Les lumières du petit jour baignent le corridor et  dans le miroir baroque, prés de la porte d'entrée il surprend cet autre, qu'il n'aime plus regarder, secouer lentement la tête de gauche à droite. Il le sait que dans la chambre il n'y a personne à déranger, personne depuis des mois, des années, peut être même toujours. Alors, alors ce geste délicat, bienveillant dont il s'encombre encore l'exaspère profondément. Pris au piège, une fois de plus, de cette... [Lire la suite]
Posté par valse à 18:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]