12 janvier 2009

J'ai regardé autour de moi. Il n'y avait que des silhouettes rapides fuyant le froid. Les échoppes de marrons grillés avaient fermé boutique mais il restait l'odeur. Je me suis assise un instant sur le banc pour l'odeur. Deux hommes sont passés, ils riaient. Un rire trop fort, trop lourd, trop pansu. J'ai pensé que je n'aimerais pas être embrassée par un de ces hommes. Je me suis levée. Mes cheveux sortaient de mon écharpe. J'ai repris ma place dans le flot humain. 

Posté par valse à 20:22 - Commentaires [18] - Permalien [#]


Commentaires sur J'ai regardé autour de moi. Il n'y avait que des

    Promis, le jour où le vent souffle vers le sud-est, je fais griller des pignons et j'ouvre la fenêtre.

    Posté par Papistache, 12 janvier 2009 à 21:03 | | Répondre
  • Un jour ou je serai assise sur un banc, je regarderai les hommes qui passeront et je me demanderai si j'aimerais ou non être embrassée par eux.
    J'ai jamais fait ça !

    Posté par Valérie, 12 janvier 2009 à 21:04 | | Répondre
  • Tu regardes les hommes qui passent, je regarde les femmes. Certaine m'attirent, qui ne sont pas forcément belles. D'autre, pas toujours laides, font sur ma tête se dresser mes cheveux.
    Angoisse à l'idée de.

    Posté par Mimi Vaurien, 12 janvier 2009 à 23:36 | | Répondre
  • Je regarde rarement les hommes. Je ne les remarque que si ils parlent, un mot, un merci, un "votre monnaie". les hommes silencieux doivent m'être transparents.

    Ou alors quand ils jouent du violon. ;o)

    Posté par caro_carito, 13 janvier 2009 à 00:02 | | Répondre
  • Je suis allée voir qui c'était sur YouTube. Merci de m'avoir présenté Ginette Neveu.

    Posté par joye, 13 janvier 2009 à 02:43 | | Répondre
  • J'aime cette "activité". S'extraire pour regarder les autres. leur imaginer une vie, une histoire, se demander si nous pourrions être amis, ou plus...
    Des moments dété pour moi. Sur une terrasse, siroter un jus et laisser le temps filer.

    Posté par Cloudy, 13 janvier 2009 à 04:51 | | Répondre
  • J'aime ton instant valsé, ta part à la vie de l'autre, une vie qui passe et que tu appréhendes à ta façon ... Je comprends et je suis comme toi, je regarde oui, et j'imagine aussi ... Pas des baisers forcément, mais je pense, j'apprécie ou pas, je projette aussi ... Tu te retrouves dans un aéroport, là, tu suis un être au hasard, de tes yeux, tu lui dresses une vie ... C'est extraordinaire ...et tu repars avec cette nouvelle vie qui vient de naître de toi ... Tu as donné une existence à l'autre ...

    Le rire, la voix, la musique qui éclairent mais aussi les pas, les mains, les yeux ...

    Merci pour ce beau moment de violon aussi ...

    Posté par Servanne, 13 janvier 2009 à 18:09 | | Répondre
  • J'aime observer les autres, imaginer leurs vies, regarder leurs gestes...
    Très joli ce morceau de violon

    Posté par brigou, 13 janvier 2009 à 20:02 | | Répondre
  • Au violon, un extrait d'Orphée et Eurydice de Gluck...Un bijou.

    Posté par kloelle, 13 janvier 2009 à 20:37 | | Répondre
  • rarement je m'assoie sur un banc pour regarder les hommes, ou méme les gens....soit je lis , soit je suis perdue dans mes pensées...donc je ne vois rien ....lol

    Posté par tristale, 13 janvier 2009 à 20:43 | | Répondre
  • Enfant bleu

    J'ai traversé le parc, ce soir. Vent froid et odeurs de marrons, aussi. Un enfant bleu a couru vers moi, puis s'est détourné, riant d'un rire clair.

    On peut garder ce rire-là. Longtemps. Toujours. Ne jamais le laisser s'épaissir. On peut; Tu peux.

    "Mettre, aux choses de la vie, le sérieux que l'enfant met à ses jeux."

    Posté par eirean, 13 janvier 2009 à 23:44 | | Répondre
  • Je t'ai lue...
    Petit à petit, la photographie en noir et blanc a pris forme dans ma tête...
    Merci...

    Posté par Teb, 14 janvier 2009 à 19:41 | | Répondre
  • Content de retrouver tes mots et les images qu'ils portent... et en musique, en plus, pour augmenter encore l'agrément. Voilà donc un nouveau kiosque à visiter régulièrement.

    Posté par Seb, 15 janvier 2009 à 13:22 | | Répondre
  • Ach, j'ai raté le baptême de ton blog, je le découvre par hasard, sans que tu n'aies rien dit, méchante !
    Et en même temps, je suis rudement content de l'avoir trouvé tout seul, sans que tu m'en parles, merci.
    Comment fais-tu pour dire autant avec si peu de mots simples ? cela pourrait agacer les pédants et les hémorragiques du dictionnaire, je suis réjouis.
    J'espère que te ne te forceras pas à écrire, et que tu trouveras le rythme qui ne s'arrête jamais pour continuer de nous ensorceler.

    Posté par ppm00, 15 janvier 2009 à 19:24 | | Répondre
  • Est-ce qu'elle n'est pas morte dans un accident d'avion?

    Le même que Marcel Cerdan où je me trompe totalement???

    Posté par Pivoine, 16 janvier 2009 à 00:13 | | Répondre
  • Oui, j'ai vérifié. 30 ans. Ma mère, terrorisée par l'avion, en parlait de temps en temps.

    C'est très beau. Un peu triste aussi.

    C'est très "kloëllien" o))

    ***

    Dans des notes, elle m'a laissé, intentionnellement je pense, un texte d'un violoniste (dont je dois rechercher le nom, enterré à Bruxelles) qui a écrit sur les liens entre musique et poésie.

    Posté par Pivoine, 16 janvier 2009 à 00:18 | | Répondre
  • PPm...Je ne me cache pas mais je ne me sentais pas à l'aise dans le rôle " Je suis revenue, venez vite voir"....alors je vous laisse découvrir le chemin d'ici tranquillement.

    Posté par kloelle, 16 janvier 2009 à 07:18 | | Répondre
  • Pivoine...Oui très jeune, quel dommage. Un jeu vraiment ample et dense. Le stradivarius qui voyageait avec elle n'a jamais été retrouvé.

    Posté par kloelle, 16 janvier 2009 à 07:21 | | Répondre
Nouveau commentaire